Michel Wintsch donne vie au piano

31704_3Pff….voilà près de vingt ans que je n’étais pas venue au Festival de Jazz de Willisau. Et pourtant rien ou presque ne semble avoir changé. Il faut dire que j’en gardai un souvenir vivace, vaguement traumatique : une orgie de jazz orchestrée de 14 :00 à minuit dans une grange au milieu d’un petit village de la campagne lucernoise augmenté d’ un camping rempli de mordus de jazz, un stand de disques achalandé par le label suisse de référence Plainsiphare et une cantine où n’étaient consommables que des « Wurst mit Pomme Frites »!

Bref, au bout deux jours de ce régime musical et gastronomique, j’avais fait une overdose et ne souhaitait qu’une chose : regagner mes pénates lausannoises, me plonger dans un monde de silence et manger des légumes.

Une des Mecques du jazz contemporain

Blague à part, le festival de jazz de Willisau existe depuis 42 ans. Il est considéré comme l’une des Mecques du jazz contemporain. Il a accueilli  et “découvert” certains des plus grands noms du genre. Plus de 50 disques  “live à Willisau” ont été publiés. Mieux, le festival ne s’est jamais dénaturé: il est toujours resté fidèle à ses fondamentaux. Keith Jarrett l’a d’ailleurs consacré de cette citation fracassante: “one of the best places for music in the world“!

Vingt ans plus tard donc, le village, la grange et le camping sont toujours là, mais la cantine s’est nettement améliorée et, signe du temps qui passe, Plainisphare, n’est plus de la partie. Reste la musique et un public toujours aussi mordu et attentif.

Une vision grand angle de la musique

Samedi soir, lors du concert de clôture, Schnellertollermeier me rappelle avec brio que jazz peut se conjuguer avec noise, heavy metal et rock’n’roll (voir l’article en allemand que lui a consacré Benedikt Sartorius sur ce blog). Mais je suis venue pour voir Michel Wintsch, dont le dernier disque solo m’a éblouie. On connaît les disques de piano solo préparé, les disques de multi-piano solo (piano acoustique, synthétiseurs, orgue hammond ou autres) amplifiés d’effets électroniques. Il y a cinq ans le pianiste genevois nous avait d’ailleurs gratifié d’un enregistrement de cette veine intitulé « Metapiano ».

Un instrument savamment amplifié

pnomicAujourd’hui, Michel Wintsch va plus loin et cherche à donner vie à son piano sans lui ajouter d’effets. Grâce à une impressionnante batterie de micros savamment installés par Benoît Piccand, son instrument est amplifié subtilement. Michel Wintsch peut ainsi non seulement jouer des notes, mais, aussi des clicks que font les touches effleurées mais non jouées, de la frappe de ses mains sur les différentes parties du piano à sa portée (dessus-dessous..) et même du son de l’air que déplace ses mains.

Ses mains qui cavalcadent ou effleurent les touches, aspirant ici le son qui reste en suspens, évoquant là le frottement des ailes d’un oiseau. Michel Wintsch orchestre ainsi une fantasmagorie musicale dans laquelle le spectateur peut sans peine imaginer des petits animaux détalant dans tous les sens, des grands mouvements pachydermiques, le vent qui souffle, sentir la jubilation ou l’effroi…. Le concert est constitué de trois longs morceaux de 20 minutes en forme de plongée introspective lumineuse. Le public est en osmose.

Rencontré le matin du concert dans un tea-room où il prend son petit-déjeuner, Michel Wintsch s’est plié au jeu des 5 questions.

Comment improvise-t-on en solo ?

Michel Wintsch Je procède de façon semi-improvisée, semi-écrite. J’ai des bouts de thèmes, des harmonies, une gestuelle et je construis les agencements entre ces différents éléments. J’aime bien comparé cette façon de procéder à celle d’un conteur qui a ses personnages, son fil rouge, et qui construit une histoire à partir de ces éléments.

En quoi l’improvisation en solo est-elle différente de l’improvisation en groupe que vous pratiquez aussi ?

Michel Wintsch Les deux choses n’ont pas grand chose à voir ensemble. En solo, on est vraiment seul, un demiurge en quelque sorte. En groupe, ça respire. Chacun est impliqué dans le processus d’improvisation et je peux attendre que l’énergie me revienne. On est plus dans le registre de la conversation.

Pourquoi est-ce que cet album s’intitule « Roof Fool » ?

Michel Wintsch Ah les titres, c’est toujours difficile! Dans mon cas, ils viennent s’ajouter à la fin quand la musique est faite. Je trouvais que celui-ci sonnait bien. J’aime bien l’idée du « fou du toit ». Certaines personnes pensent que je suis fou. C’est clair que ma musique est un peu hors-norme. J’aime bien monter sur les toits ; je suis un montagnard…

Quant aux titres des morceaux, ils sont parfois étranges, comme « Pytihob Clochery ». Votre intention était de créer de nouveaux mots ?

Michel Wintsch Pas du tout. Ce sont des titres de travail. Par exemple Pytihob Clochery est un morceau où j’ai utilisé des petits objets sonores. Au cours de sa composition j’ai pensé au clocher au-dessus de ma maison. J’ai donc utilisé ça phonétiquement. Le titre « Si c’est assez, cessez » m’a été inspiré suite à la lecture d’un article sur la pollution

Vos sources d’inspiration  ?

Michel Wintsch La vie. Je me sens inspiré par la verticalité, par le vide, par le vent, par la chaleur, par l’effort, par le mouvement, par les oiseaux. Une sorte de chorégraphie animalière. L’inspiration est faite de tout ce que l’on est. J’adore me balader en montagne, observer la course d’un chamois par exemple. On peut comparer ça au travail de l’abeille qui butine toutes les fleurs qu’elle trouve. Je peux être inspiré par Ligeti comme par Prince comme par le Mont Jalllouvre….

hel Wintsch „Roof Fool“, HatHut Records

Advertisements

Florian Favre “Dernière Danse”

Florian FavreYou get the sense Florian Favre is wringing as much out of some wood, metal strings, hammers, pedals and keys as he can. Using what he refers to as, ‘his first love’, the grand piano, he works melodies in with rhythmic punches, varying qualities of tone and a rich variety of ideas. His solo album, Dernière Danse (A-Nuk) is an engaging listen and shows off his clear talent and skills, although that could be a point of criticism too.

He has a wonderfully mournful touch
The tracks I favour are those where Florian is getting into a melancholic mood, as in the title track. Maybe it’s the ‘last dance’ in a romantic sense – but as if the affair is over, not beginning. The tempo perfectly captures a dragging feeling of loss, and he broodily uses the deeper end of the piano whilst tinkling high notes almost try to soothe it. ‘Träume Einer Wachspuppe’ (‘Dreams of a Wax Doll’) is just as touching whilst again using this tension between the two ends of a piano to weave a strange and evocative atmosphere. He has a wonderfully mournful touch.

“It was a nice brain training”
When I first met Favre he talked excitedly about his ideas of creating dance-like beats on the piano at the same time as musical tunes. These ideas formed when he was the only member of a backing ‘band’ for a pop singer. Favre says, “I tried the challenge to ‘split the keyboard’ into many different functions, having the end three fingers of my left hand playing bass and the other two playing drum, while my right hand was playing the harmony and melody. It was a nice brain training.” You can hear this clearly when he does a brief cover of Earth, Wind & Fire’s ‘Let’s Groove’ – it’s clever but doesn’t touch me like his original compositions do.

Florian’s timing is impeccable
He can definitely pen a tune, as ‘Jambo’ and ‘Comme de J’aimeu’ testify. The latter uses delicate harpsichord stabs to create an unusual texture underneath the bluesy melody. Again Florian’s timing is impeccable, and with his original twists of melody he makes the piece captivating whilst allowing for groove, swing, and feeling. ‘Oh Lord’ expands on his ability to play southern-style blues and I love the drunken and warped ‘Interlude: The Lonely Turntable’ – it reminds me (in a positive way) of the 1970s English comedian, Les Dawson who crafted sophisticated off-key versions of classics. Florian used a quarter-tone piano to create the effect.

In fact throughout the whole of this album there is a sense of exploration, fun and playfulness. It’s just better when he invests a spirituality as opposed to the moments when I feel there is focus on technique. Florian’s trio recently played a coveted gig at Jazzahead, the huge ‘jazz trade fair’ in Bremen, and when Joshua Redman heard him play in Zurich he asked him to join his band onstage for a jam. There is no doubt that this is a musician to watch for – his passion and emotion when he plays are obvious, and that can count for a lot.

Florian Favre, Last Dance, Label ANUK

Link for next concerts

 

Swiss Jazzed Out: Malcolm Braff dans ses montagnes

Swiss_Jazzed_Out__Malcolm_Braff_-_YouTubeMathieu Mastin, concepteur et réalisateur de la série de mini-documentaires Jazzed Out a posé ses valises en Suisse. Il y a rencontré Suzanne Abbuelh & Matthieu Michel, Plaistow, Rusconi, Grand Pianoramax, Malcolm Braff, Erik Truffaz, Werner Hasler & Jan Galega Brönnimann, Lucien Dubuis, Pierre Favre, Nik Bärtsch et Stade.

Swiss Vibes vous propose de (re)découvrir ces quelques minutes de musique hors norme tout au long de l’été. Après le duo lausannois de Stade, la balade continue et retrouve le piano de Malcolm Braff suspendu à la Dent de Jaman.

%d bloggers like this: