Take Four Musicians (part 2)

Yael Miller “It was very difficult at the beginning, very upsetting”
As Orioxy’s key composer and vocalist, Yael says, “We did amazing things, were in amazing places and had crazy experiences – it is why it’s good that it finished now before it became bitter…” Like bandmate Julie Campiche, Yael was re-assured about the decision to split up, at Take Five Switzerland & South Africa, even though it affected others, “It was very difficult at the beginning, very upsetting.”

Screenshot 2016-04-04 19.30.15

Photo Gerald Langer

Yael has faced tough challenges before. From Tel Aviv, she spoke of a childhood almost lost to shouldering heavy responsibilities. So it’s unsurprising when she says it was a feeling of duty to compose for a whole band that caused her writing block. Her desire was to go more deeply into personal expression, like a singer-songwriter, where lyrics lead. “This is not so acceptable in the mainstream jazz world, so I’m shifting it a bit…not feeling obliged to fit in.” It’s as if Yael is finding the freedom that was compromised as a child.

Orioxy’s drummer, Roland Merlinc will be part of her new trio, “We want the same things,” she explains, and Baptiste Germser, a bassist and French horn player who has a Paris studio. “We close ourselves away for three or four days and just rehearse and record from morning to evening, then we go and drink beers, and then continue.” It’s time for Orioxy to explore who they are now and I’m excited to hear their individual projects.

Mandla Mlengeni: “I was a troubled child and I was always in trouble”
Screenshot 2016-04-04 19.40.09Someone else shaped by a dramatic early life is trumpeter Mandla. Brought up in a turbulent Soweto by a young, single mother after his lawyer father was murdered, he admits, “I had to find coping mechanisms. I went to see psychologists, but I didn’t know how to deal with it, I was a troubled child and I was always in trouble.” His childhood is hazy but he remembers sitting on his dad’s shoulders, hearing music at political rallies, and a small, blue piano he brought Mandla from London when working on a case concerning South Africa’s ‘hit squads’.

Listening to Mariah Carey and Boyz II Men on the radio, he says, “I thought composing was a sacred gift and being a musician was something bestowed upon you, like being a ‘sangoma’, it was a calling.” An exchange to Norway introduced him to composing in a simple way, but he left the first piece he wrote for a couple of years, then, “One drunken night, I was with a friend and we were jamming and I started playing this song and he asked, ‘Hey man, whose song is that?’” This encouragement eventually led to his 2015 debut, Bhekisizwe.

It was a long process but the recording fell fatefully into place: finding a studio and having saxophonists Shabaka Hutchings (UK) and Ganesh Geymeier (CH) in town to guest. And now, Mandla says, “I’ve sold all the albums so I have to re-print and strategise as to how to get into markets other than South Africa.” With a tenacity that secured him gigs even before the album’s release, he’s one to watch for.

Joel Graf: “We have to find new strategies”
PommelHORSE’s sax player is also thinking about a game plan. This quintet met studying in Bern and are good buddies but says Joel, “We have to find new strategies, new ways and that includes a new label…and better ways to market the band.” I can’t help chuckling when Joel explains they took an actual pommel horse on their early tours. “When we first played shows, audiences in Germany thought we were a music and gymnastics show…they were kind of disappointed.”

Screenshot 2016-04-04 19.47.54

Photo Peter Tümmers

My favourite track on their last album was Joel’s ‘Drunk on Christmas Eve’, and I’m intrigued to see them play live at jazzahead! this month. “There’s always big competition,” he says of this music fair, “…selling yourself and your music, it’s hard work.” He talks of feeling overwhelmed by everything a band should be doing and how you can lose sight of why you ever went into music.
Joel actually studied IT first despite coming from a sort of ‘Partridge Family‘ with the six musical siblings all playing instruments. In a way pommelHORSE are his new musical family and although each of them play various styles e.g. classical and heavy rock, they gel together. “I love our combination of music, but really we have to move on, make our music better and move forward.”

Yilian Cañizares “You know what you want, but you don’t know how to get it”

Screenshot 2016-04-04 20.00.51

With Ibrahim Maalouf                                    Photo Marc Bertolazzi

Yilian is looking at how to progress too. “When you are trying to build something, sometimes you can feel,” she searches for the right word, “…lost, because you know what you want, but you don’t know how to get it.” She is often invited to play with others after they see her perform, such as Richard Bona, Ibrahim Maalouf and Omar Sosa (with whom she’s just recorded an album) but she wants more exposure.

In fact Yilian sums up a major issue in Europe, “Right now it’s quite difficult because culture [representation] in all media is getting smaller and smaller and sometimes they just speak about pop music or celebrities. It’s quite frustrating.” That’s an understatement – don’t get me started on UK press coverage of this music, but Yilian knows there’s more she can do, “I believe it’s very important to always be in the creative process, I like to see it as an everyday process…maybe we are sure about that as musicians, but we don’t apply the same concept to other areas of our career.”

I suggest that she must get homesick and Yilian graciously replies that she’s blessed to be able to pursue music at this level, but does want to see her Cuban family more often, “I am split into two feelings…and I try to transform this into my music and creativity, that’s how I manage it.”

Take Four Musicians (part 1)

Swiss Vibes sessions: l’union fait la force! (Paris, Ccs du 2 au 4 juin 2015)

tete_visit-in_centre_culturel_suisse_2014_-sebastienborda-sb20140217073En cette première semaine du mois de juin, le Centre culturel suisse se présente sous ses plus beaux atours. En plein cœur du Marais, la devanture de la libraire fait de l’œil au passant en exposant ses sacs Freitag bien en évidence. Passé les lourdes portes en bois les cours intérieures fleuries transportent en un instant le passant de l’ébullition de la rue des Franc-Bourgeois au calme d’un bâtiment historique. Intra muros, place à la création contemporaine avec Marc-Antoine Fehr et l’installation sonore et visuelle de Dominique Koch.

Les deux directeurs du Centre culturel suisse, Olivier Kaeser et Jean-Paul Felley et leur équipe, travaillent d’arrache-pied pour faire « connaître en France une création contemporaine helvétique ouverte sur le monde et y favoriser le rayonnement des artistes suisses ».

Ça tombe bien, au rayon musique, c’est exactement la même ambition qui anime le blog swissvibes.org. Les grands esprits se sont donc rencontrés au Ccs du 3 au 6 juin 2015 pour présenter trois soirées de concerts aux couleurs musicales différentes. Grâce au soutien de Pro Helvetia (la Fondation pour la culture suisse) et de Swiss Music Export, l’entreprise dut une réussite tant au niveau de la qualité artistique, des échanges que de l’affluence. L’union fait la force!

 

Mardi 3 juin Swiss Vibes goes rock

Pour cette soirée étiquetée rock, la Zurichoise Evelinn Trouble et les Biennois de Puts Marie ont joué des reprises surprenantes.

Evelinn Trouble
Evelinn Trouble ©Simon Letellier

Evelinn Trouble ©Simon Letellier

Evelinn Trouble se sent un peu à l’étroit dans l’auditorium du Ccs et elle le fait bien savoir : en milieu de set, elle attaque le répertoire de Tina Turner plus qu’elle ne la reprend. Pour mieux convaincre des vertus de son « What’s Love Got to Do with it » revu et corrigé version 2015, Evelinn Trouble grimpe les escaliers entre les chaises des spectateurs et se lance dans un ping pong vocal mi-hurlé mi chanté avec les trois autres membres de son groupe. Et si le prochain album « Arrrowhead » de l’excentrique diva zurichoise est censé se décliner en version trip hop, cela ne l’empêche pas de rester une rockeuse et une funky woman infernale qui balance du lourd et séduit par la puissance de sa voix et par son caractère bouillonnant.

Puts Marie
Puts Marie ©Simon Letellier

Puts Marie ©Simon Letellier

Puts Marie choisit quant à lui d’évoquer Sun Ra, le roi du free jazz psychédélique. Sun Ra, le cosmos, la folie : un univers qui parle bien au chanteur Max Usata et à ses acolytes biennois, tous bien barrés et en même temps tellement soudés. Evidemment c’est le chanteur qui attire d’abord l’attention, avec sa gestuelle saccadée, sa voix schizophrène (très haute puis presque cassée), ses deux micros qu’il ne cesse de manipuler, dévisser ou jeter. Mais le groupe disposé en arc de cercle autour de lui n’est pas en reste. Incroyablement soudé rythmiquement – alors que le batteur et le bassiste sont deux nouveau venus -, il expérimente aussi les digressions sonores et les expérimentations en tous genres. On colle volontiers à Puts Marie l’étiquette de blues psychédélique, mais au vu de l’univers développé dans leur prestation d’à peine une heure, cette étiquette semble bien réductrice.

 

Mercredi 4 juin Swiss Vibes goes électro

Même décor, autre ambiance le lendemain avec les expérimentations électro de Larytta et Egopusher.

Larytta
Larytta ©Simon Letellier

Larytta ©Simon Letellier

Le duo lausannois  constitué du designer graphique Guy Meldem et du performer sonore Christian Pahud nous avouait dans l’après-midi fonctionner comme un « vieux couple infernal ». Depuis la parution de son nouvel album « Jura » l’an dernier, il a décidé de faire peau neuve: de deux, les voilà passés à quatre, ajoutant des vrais instruments à leurs machines, ordinateurs et pédales.

Résultat : un show ultra-enjoué qui multiplie les clins d’œil musicaux; ici des guitares africaines, là un chant en portugais. Funky ou techno, les musiciens sautillent comme des balles de ping-pong et ne cessent de changer de place, d’instruments. C’est ludique, dynamique, même si parfois ce chant à quatre voix sur des micros sans cesse différents pose des petits soucis de calage. Une phase de transition pour cette formation qui a plus d’un tour dans son sac et qui sidère par son énergie communicative.

Egopusher
Egopusher ©Simon Letellier

Egopusher ©Simon Letellier

Nous vous avons déjà abondamment parlé de Egopusher dans ce blog. Ce duo constitué du violoniste Tobias Preisig et du batteur Alessandro Giannelli a décidé de lâcher les amarres et de se lancer dans un work in progress permanent. Peaufinant leur morceau sur scène, ils les mettent ensuite à disposition des internautes via soundcloud puis les retravaille, et ainsi de suite. Une prestation qui s’inscrit donc aux confluents de l’expérimentation sonore, des rythmes déconstruits ou répétitifs et des musiques improvisées. Une musique qui semble chercher à revenir vers une pulsion primale, essentielle.

Entendus dans un set flirtant avec la techno au Cully Jazz, puis plus sages dans l’émission de Manoukian sur France Inter le 29 mai, ils se présentent dans une version plus théâtrale et plus subtile au Ccs. Ce dialogue inédit entre la batterie et le violon est aussi visuel. Tobias Preisig travaille son instrument au corps pendant que les baguettes d’Alessandro voltigent sur les fûts. Le principe de l’exercice fait que l’on n’évite pas quelques moments de flottement, mais ce même principe invite aussi à la curiosité, à une attention extrême de la part de l’auditeur qui ne s’y trompe pas. « Vraiment nouveau », « Franchement étonnant », « excitant » sont les commentaires qu’on entend fuser dans l’assistance à la fin de leur set. Quant à Preisig, il définit sa musique comme du « Brahms sous psychotrope ».

 

Jeudi 5 juin Swiss Vibes goes jazz

En Suisse, jazz rime souvent avec diversité stylistique. Le double concert d’Orioxy et de PommelHORSE en fut la preuve.

Orioxy
Orioxy ©Simon Letellier

Orioxy ©Simon Letellier

Orioxy séduit en finesse avec une approche très féminine (que la rythmique masculine veuille bien m’excuser pour ce commentaire). Yael Miller, Israélienne de Suisse, impose sa marque au chant. En hébreu en anglais, entre rap, scat et chuchotements, sa voix tisse un univers d’émotions à fleur de peau, d’impressions parfois enfantines, parfois matures et engagées. Auquel répondent les mouvements du corps habité de Julie Campiche et sa gestuelle précise qui, d’une main tire un foulard entre les cordes de son instrument, de l’autre bidouille ses effets électroniques quand elle ne se sert pas d’une baguette de feutre. Le travail sur le son est subtil, pénétrant. Dans cet univers le cor de Baptiste Germser, l’invité français de la soirée, s’intègre naturellement, comme si il allait de soi. « Dans nos chansons on cherche aussi à exprimer les non-dits» nous expliquait Yael Miller sur ce blog il y a deux ans. Pari tenu au Ccs.

PommelHORSE
PommelHORSE ©Simon Letellier

PommelHORSE ©Simon Letellier

Quant à PommelHORSE, leur fonds de commerce est l’expression en musique de sentiments peu ordinaires : le stress d’un homme devant passer un scanner, les rythmiques techno qui continuent de résonner dans la tête d’un fêtard qui n’arrive pas à s’endormir à l’aube, les frémissements d’un cerf pourchassé. Pour expliquer ce monde de sensations primaires avec beaucoup d’humour, le clarinettiste Lukas Roos joue de son accent suisse-allemand avec décontraction. Lui vient plutôt du classique, le batteur à la rythmique métronomique du heavy metal, le clavier qui est aussi celui d’Evelinn Trouble aime le rock, l’électronique et à peu près toutes les musiques que vous lui nommez…. Vous l’aurez compris chez PommelHORSE, le jazz est un état d’esprit placé sous le signe de l’innovation, de la sensation, de l’énergie, de l’humour. Personnes sérieuses s’abstenir.

Hors de leurs murs, originaires de différentes régions de la Suisse et sans qu’ils ne se connaissent les uns les autres, ces sessions musicales de trois soirs ont permis de faire passer un courant entre ces différents groupes, d’affirmer haut et fort que la scène suisse se porte de mieux en mieux. « J’ai découvert des musiciens extraordinaires et des projets vraiment originaux. C’est excitant et ça donne envie d’en connaître plus ! » s’exclame le pianiste français Alexis Anerilles (qui office entre autres aux côtés de Sophie Hunger), spectateur assidu de ces trois soirées de concerts. Merci à Evelinn Trouble, Puts Marie, Larytta, Egopusher, Orioxy et PommelHORSE pour ces moments enthousiasmants et fédérateurs.

Swiss Vibes live à Paris, chapitre 5: Orioxy

Orioxy_LR

Yael Miller (chant) et Julie Campiche (harpe) au Festival de Jazz d’Avignon ©Florence Dureux

C’est la carte de l’éclectisme qui est jouée par les Genevois d’Orioxy, mais dans un registre différent. A la voix, Yael Miller mêle chant en hébreu, en anglais et en français. A la harpe, Julie Campiche égrène ses accords, frappe ou caresse ses cordes et s’amuse avec sa pédale d’effets. Deux femmes déterminées et douées soutenues par une rythmique masculine (Roland Merlinc à la batterie et Manu Hagmann à la contre basse) toute en subtilité et en demi-teintes. Orioxy n’hésite pas non plus à intégrer des instruments incongrus, telle cette machine à écrire ou cette shruti box (boîte à anches indienne produisant différents types de bourdons). Du rap au scat, du spoken word au jazz, entre cris et chuchotements, le fil conducteur d’Orioxy n’est pas stylistique, mais onirique. Avec Orioxy, on flotte dans l’imaginaire, entre contes, humour et déraison.

Cette entité d’un genre nouveau séduit avec constance public, institutions et critiques. Le deuxième album de la formation « Lost Children » a été réalisé en France aux studios la Buissonne grâce au Grand Prix que la formation a remporté au Tremplin jazz d’Avignon en 2013. Placé sous la direction de Philippe Teissier du Cros (Bojan Z, Rokia Traoré, Piers Faccini), « Lost Children » prouve l’ouverture de sa démarche en invitant le rapper Sami Darg Team.

Baptiste GermserSur la scène du Ccs, c’est le joueur de cor français Baptise Germser qui est convié. Un ami de longue date lui assui adepte d’instruments non conventionnels quand il ne joue pas de la basse pour Stephan Eicher. Et comme avec Orioxy rien n’est jamais fixé de façon indélébile, il est possible que le groupe nous réserve d’autres surprises. Une raison de plus de venir traîner vos guêtres au Ccs en ces premières journées de juin.

Et pour vous donner un avant goût, écoutez l’émission “Un Dimanche idéal” de France Musique, dimanche 31 mai à 19:30. Orioxy y est invité à jouer deux titres en live et à y rencontrer le pianiste classique japonais Kotaro Fukuma.

En concert au Centre culturel suisse de Paris, le 4 juin 2015 (avec Pommelhorse)

%d bloggers like this: