Truffaz et Treichler en version symphonique!

105406-erik-truffaz-mon-souci-faire“Avant l’Aube”: Erik Truffaz travaille depuis de longs mois sur ce projet ambitieux de poème symphonique pour orchestre, sampler et trompette. « L’ensemble de la pièce musicale sera décliné en huit parties qui narreront une nuit dans la vie d’un homme, du crépuscule à l’aube, en traversant des atmosphères pouvant être aussi bien romantiques qu’orientalisantes. » explique le jazzman musicophage. Originaire de France voisine, Erik Truffaz est Suisse d’adoption. Ce projet transfrontalier ne pouvait que lui plaire.

« Concevoir un disque ou un concert, c’est comme un bon film, il est important d’alterner les moments de tension et de détente.»

Pour l’Ensemble symphonique de Neuchâtel, pour l’Orchestre Victor Hugo Franche-Comté, Erik Truffaz a composé un programme qui s’inspire de Steve Reich, Bèla Bartòk mais aussi d’Ennio Morricone parce qu’il réussit à car il réussit à « concilier des airs populaires avec une musique plus savante ». Ses parties de trompette seront quant à elles largement improvisées.

Side by Side

Last but not least, participe à ce projet un autre de nos héros nationaux, Franz Treichler qui, bien que les pieds fermement ancrés dans le rock, partage le même éclectisme musical que Truffaz. Ses séquences seront autant de surprises pour viendront sous-tendre ou s’opposer aux mouvements de l’orchestre.

franztryptiquecouleur

Cette création sera présentée sur les scènes nationales de Besançon et Montbéliard, au Théâtre du Jorat de Mézières et à Festi-Neuch. Elle est soutenue par l’union européenne dans le cadre d’un projet intitulé Side by Side et dont vous devriez bientôt en savoir plus sur ce blog. Hautement recommandé.

« Concevoir un disque ou un concert, c’est comme un bon film, il est important d’alterner les moments de tension et de détente. Il peut y avoir des passages complexes, pouvant déconcerter. Mais pour que l’ensemble soit accessible sur la durée, il faut aussi des temps où l’auditeur peut être transporté par une mélodie, par un rythme. Je fais très attention à cet aspect quand je compose, parce que c’est bel et bien la mélodie et le rythme qui relient la musique aux émotions. »

27 mai, Scène Nationale de Besançon

2 juin, Scène Nationale de Montbéliard

8 juin, Théâtre du Jorat, Mézières

15 juin, Festi-Neuch

 

 

 

Advertisements

Erik Truffaz Quartet with Anna Aaron @Cully Jazz Festival

Erik Truffaz et Anna Aaron au Cully Jazz  ©Laurent Pasche

Erik Truffaz et Anna Aaron au Cully Jazz ©Laurent Pasche

Trumpeter Erik Truffaz has been a beacon of light in the Swiss and international jazz world since the early nineties and last autumn saw his 10th album release on Blue Note records. ‘El Tiempo de la Revolition’ links up nicely with tonight’s ‘Revolution Groove’ theme at Cully Jazz where the band finally return to play at this important festival after a gap of over 15 years – possibly a sign of how busy they’ve been in the interim.

It’s a delightfully mixed audience at the Chapiteau tonight, surley a testament of Truffaz’s dexterous ability to bridge the jazz gap from the traditional lyrical beauty of a Chet Baker to the nu-jazz experimentalist vibes reminiscent of Miles Davis. Hence, whether young or old, Truffaz’s elegant, atmospheric and resourceful style holds something magical for everyone.

Oiling the wheels of the machine are his heavyweight band members, each one bringing personality and colour to the cinematic flavour of the evening.

The wildly energetic and well-equipped Benoit Corboz on keyboards produced a wide variety of sounds ranging from piano, rhodes, church organ to wailing guitars and waterfalls. Along with Marc Erbetta on drums and voice box, they were the driving force behind the busy textures and soundscapes that contrasted from time to time with the more languid, introspective pieces. Marcello Giuliani on bass provided a rhythmically hip underpinning that helped to bring all elements and styles cohesively together. And as for Truffaz and his trumpet, whether bellicose or serene, his delivery was haunting, penetrating and deceptively understated throughout. Like liquid wax, he cleverly moved into places you would not expect and seductively melted you away.

Together, this quartet deliver a quietly confident, deeply poetic and engaging sound. They are not in any hurry, spaces in the music are allowed to breathe, less is quite often more, thereby allowing the atmosphere to build in a hypnotically meditative way, (typically evident in the track “African mist”).

The young and promising Swiss singer, Anna Aaron joined them on stage for two numbers, “Blue Movie” and “Blow Away”. Her soothing, agile, slightly pop-ish voice added a lighter touch, reminding us that Truffaz has often collaborated with unexpected genres of music to great effect.

“Mr K”, homage to their diligent manager, brought out their funkier side and whipped the audience into a joyful, energetic frenzy. It was hard for the band to leave the stage at the end of the gig, the audience had clearly not had enough of their favourite jazz export and wanted to bask a while longer in their irresistible ambiant beauty.

 

Erik Truffaz, nouveau CD et concerts de prestige…

Le 29 octobre Erik Truffaz sort son dixième album sur Blue Note! Pour le principal intéressé: « “El tiempo de la Révolucion”exprime les révolutions successives qui actent notre vie, comme un long poème que l’on écrit au fil du temps dans un espace où l’on est à la fois acteur et spectateur. Le temps de la révolution est aussi celui de la naissance, de l’amour et de la mort. C’est un combat pour un monde plus juste sous la seule bannière de l’art. La musique nous permettant de tisser un lien entre le ciel et la terre. » “El Tiempo de la la Revolucion” est aussi le prolongement de son prédécesseur, “In Between“. Certains thèmes y sont repris et détournés et Anna Aaron remplace Sophie Hunger à la voix sur trois morceaux. “El Tiempo de la Revolucion” évoque aussi le rock, le funk et le psychédélisme, le tout étant emballé dans un groove feutré, traversé par le son caractéristique de la trompette de Sieur Truffaz.

Pour célébrer la sortie de cet opus, les Suisses devront attendre mardi 9 avril 2013où le trompettiste, son quartet et Anna Aaron, se produiront sous le Grand Chapiteau du Cully Jazz Festival (billets en vente dès le 17 janvier le site du festival). Quant aux Français le rendez-vous est fixé au 6 avril 2013 à l’Olympia!

 

%d bloggers like this: