Zurich meets Berlin

A la Berlin Music Week, le Swiss Business Mixer s'est installé sous la tnte du cirque Cabuwazi

A la Berlin Music Week, le Swiss Business Mixer s’est installé sous la tente du cirque Cabuwazi

Les 3 et 4 septembre derniers, le bâtiment de briques rouges qui abritait autrefois la gare postale de Berlin Est se transformait en centre névralgique de la Berlin Music Week, un lieu de rencontre, de discussion et de présentation des nouveaux projets musicaux de la scène pop et rock. Née des cendres du célèbre Popkomm, cette réunion était l’occasion pour la ville de Zurich et Swiss Music Export de présenter un Swiss Business Mixer.

” La Suisse est un microcosme de l’Europe, avec Saint-Gall dans le rôle de Moscou et Genève dans celui de Lisbonne”

C’est sous la petite tente du cirque Cabuwazi que se son retrouvés quelques organisateurs de festivals et de clubs zurichois pour discuter des spécificités du marché suisse et présenter quelques-uns de ses artistes prometteurs ou confirmés. Les tables rondes n’ont pas débouché sur de grandes révélations. Du côté des festivals ont été rassemblés deux open air – Saint-Gall et Zurich – le festival et  lieu de rencontres des professionnels suisses M4Music, et l’irréductible indépendant Bad Bonn Kilbi. C’est avec une pointe d’humour que Philipp Schnyder, boss du M4Music résume les difficultés d’un marché suisse dans lequel trois régions linguistiques et mentalités se côtoient : ” La Suisse est un microcosme de l’Europe, avec Saint-Gall dans le rôle de Moscou et Genève dans celui de Lisbonne”. Quant à Alex Dallas, Dj et programmateurs de plusieurs clubs zurichois, il confirme que malgré sa vie nocturne trépidante (entre 70 et 100 clubs à la recherche de DJ’s tous les jours de la semaine) Zurich ne pourra jamais devenir une ville aussi attractive que Berlin du fait de son niveau de vie incroyablement élevé.

Oy, grande prêtresse de la soirée M4Music

Oy-BerlinLe soir dans le cadre d’une soirée intitulée M4Music at Postbahnof les artistes convainquent pourtant que disparité linguistique et culturelle peut rimer avec vivacité. Après Wolfman, au potentiel intéressant, Anna Aaron toujours plus rock’n’roll, ce sont deux Zurichois exilés à Berlin qui mènent la danse. Bonaparte incognito et en formation réduite a remporté un vif succès sous le nom code de « Secret Act ». Mais la grande prêtresse de cette journée zurichoise fut sans conteste Joey Frempong de Oy. La chanteuse helvetico-ghanéenne Joey Frempong a conquis l’audience avec ses samples inspirés et son batteur masqué Lleluja-Ha.

Le nouveau spectacle de Oy est le fruit d’un long travail au cours duquel Joey Frempong a voyagé en Afrique de l’Ouest, au Ghana et en Afrique du Sud. De ces différents séjours, la chanteuse, flanquée de ses enregistreurs en tous genres, a extrait des samples tous azimuts (bruits de la rue, rythmes traditionnels), mais surtout elle a trouvé une énergie et une chaleur qui lui confèrent un nouveau charisme.

Entre poésie et électronique

Dans des costumes réalisés par un ami et designer, le tandem constitué de Joey Frempong et du batteur masqué Lleluja-Hade forme un drôle de couple. Elle, entourée de ses claviers et d’un ordinateur, jongle entre poésie et électronique. Elle utilise parfois la technique du live sampling, effleure une de ses poupées-totem pour que des images défilent sur un grand écran. Elle se prend tour à tour pour une chanteuse de gospel, pour une conteuse ou transforme le son de ses différents micros pour jouer à la ventriloque des temps modernes. Lui la suit, faisant jongler les baguettes de sa batterie qui semble elle aussi avoir fait une immersion africaine tant son groove est implacable. A eux deux, ils créent avec une aisance déconcertante un univers musical et poétique, riche en émotions, et une forme de sagesse basée sur l’étude du quotidien. Un univers ô combien séduisant à découvrir également sur leur dernière vidéo “My Name is Happy”!

Best Swiss Vidéo Clip

Les 2 gagnants et le jury @Allessandro Dellabella

Les 2 gagnants et le jury
@Allessandro Dellabella

La semaine dernière dans le cadre du M4Music ont été décernés deux prix pour le meilleur clip vidéo. Parmi 14 vidéos retenues, cinq étaient en compétition. Le Prix du public était organisé sur la plateforme Mx3 par votation online et le Prix du Jury faisait appel au regard de trois personnalités du milieu culturel suisse : Franz Treichler des Young Gods, Vincent Jaquier de l’ECAL et Désirée Wismer de la TV zurichoise Joiz.

Prix du Jury

Le réalisateur Vaudois Simon Wannaz remporte le Prix du Jury pour le clip « Airplane Friendship » de Buvette. Une vidéo à l’atmosphère étrange, où les bonnes idées et une belle photo parent intelligemment aux petits moyens à disposition. Un visuel en belle adéquation avec l’électronique DIY de Buvette, qui avait déjà été remarqué, notamment à la Nuit du Court de Lausanne qui l’avait programmé. Simon Wannaz vient de terminer le prochain clip de la jeune veveysanne Verveine – dont nous parlerons ici très bientôt – et s’envole pour New York où il compte travailler ces prochaines années.


Prix du Public

Le Prix du Public a quant à lui été remporté par Uslender Production pour « Würsch Sie », un clip dont la victoire au nombre de clics doit franchement beaucoup aux très jolies filles en bikinis et à leurs nombreux amis.

Or parmi les 14 clips projetés, il y avait d’autres belles choses, qui n’étaient étonnamment pas en compétition. Pour le plaisir, voici donc la….

Sélection Swiss Vibes

Le clip du rappeur Skor, pour les rondes enchanteresses en costumes traditionnels:

Celui du producteur vaudois Christophe Calpini, dont le dispositif en négatif, simple comme bonjour, est diablement maîtrisé:

La vidéo de Bonaparte, une jolie animation bricolée :

Et enfin, la vidéo de Metube qui est plus un court métrage qu’un réel clip musical, mais qui, tout en s’amusant, raconte beaucoup de choses sur les nouveaux médias et le rapport à l’image:

 

Welcome to New York Bonaparte!

A gig on a Tuesday night can be a lonely experience in New York City for a punk rocker, who made a name for himself with his large multi-ethnic band across the Atlantic. But Bonaparte aka Tobias Jundt took on that challenge this month at Pianos in the Lower East Side of Manahattan and there already are some signs that Big Apple will enjoy the eccentric and energetic Swiss artist’s solo act and residency there in the coming weeks. The lead singer of the quiet folk band St.Claire opening for him on February 19, told the crowd that it would get loud after her show, because “it’s what happens after 10.00 pm in Manhattan”. And loud it got. Bonaparte, who recently moved to New York to write his 4th album, showed his crowd how to make  punk music with just a guitar, pedals and a computer.

IMG_5939

Sporting his usual black eye and half-cow half-horse hat, he quickly brought the crowd to its feet with his powerful guitar riffs and his clever lyrics. He opened his show with”Wrygdwylife” aka “What are you gonna do with your life” and filled the room with his energy. One could feel that the crowd did not know what to think of this wild troubadour throwing lines at her such as “No I’m not drunk, I’m just dancing” and “No I’m not dead, I’m just sleeping”. But one guy started dancing crazily in the packed room and he helped Bonaparte break the ice. The slightly drunk dude, who had never heard of Bonaparte before and kept screaming “that’s right motherf…..r”, got his reward at the end of the gig. The rocker invited  him to his next show at the Knitting Factory in Brooklyn the following night.

Bonaparte played several songs from “Sorry we are open”, his band’s latest record that will be released in France in April. He also played tracks from his previous record, “My Horse likes you” (2010). Among them was the energetic “Boycott Everything”. “I boycott everything that’s not made by my hands”, he sung. During his 45-minute show, he rolled on the floor, sweat, drank from somebody’s drink, jumped into the crowd, unleashed his guitar, ran with it around the place and ultimately got the crowd to convince the deejay to grant him an encore. He closed his show with the electro-punk track “Computer Love”.

Bonaparte has another solo gig at Pianos on February  26 before being joined by his “divas” at Pianos on March 5 and then moving on to Austin for the cool South by Southwest festival. The whole band will be with Tobias Jundt for 5 shows in Texas and two more shows in New York at Union Hall and Pianos.

Bonaparte’s upcoming shows

BONAPARTE SOLO – “PIANOS RESIDENCY”
26.02 | USA – NYC, Pianos (upstairs) – solo set | 10pm
05.03 | USA – NYC, Pianos (downstairs) – solo w/divas | 10pm
26.03 | USA – NYC, Pianos (downstairs) – solo w/divas | 10pm

BONAPARTE – “MAÑANA FOREVER TOUR” (full band)
13.03 | USA – Austin, SXSW – The Belmont
14.03 | USA – Austin, SXSW – Javelina
15.03 | USA – Austin, SXSW – Iron Bear
16.03 | USA – Austin – Marching Down 6th Street
17.03 | USA – Austin – Gay Bi Gay Gay
18.03 | USA – Brooklyn, NY – Union Hall
19.03 | USA – NYC – Pianos

09.04. | CH – Stans – Musiktage Stans

10.04. | F – Tourcoing – Festival Paradis Artificiels
11.04. | F – Lyon – Marché Gare
12.04. | F – Blois – Chatodo
13.04. | F – Paris – Festival Chorus
14.04. | LUX – Luxembourg – Rockhal
15.04. | D – Münster – Skaters Palace
18.04. | IT – Torino – Lapsus
19.04. | IT – Roma – Traffic
20.04. | IT – Vicenza – E20
%d bloggers like this: