Search Results for: Colin Vallon

Nicolas Masson, entre contemplation et liberté

A l’écoute des ondes méditatives de « Many More Days » de Third Reel, on peine à croire que le saxophoniste et clarinettiste Nicolas Masson a fait ses débuts dans la musique à la guitare, en fan de heavy metal.

bg-body2En fait, c’est à un concert du groupe de hip hop hard funk allumé, Fishbone qu’il découvre le saxophone ténor du chanteur Angelo Moore. Fasciné, il décide d’en louer un. Quelques temps plus tard, adolescent en vacances sur les hauts de Montreux, il profite d’un billet gratuit offert à sa grand-mère pour se précipiter au concert du World Saxophone Quartet. Nous sommes en 1989 et les dés sont jetés. Notre homme se met alors à dévorer du jazz, de la musique classique du XXème siècle (« parce que beaucoup de jazzmen faisaient explicitement référence à cette musique ») et à jouer en autodidacte. En 1992, on le retrouve à New York sur les traces de Cecil Taylor, Fred Hopkins, Frank Lowe, Makanda Ken McIntyre. Il se sent à l’aise dans cette scène free. En 2000, après un séjour d’une année à New York, il monte sa formation américaine avec Russ Johnson (trompette), Eivind Opsvik (basse) and Mark Ferber (batterie).

En parallèle

Quinze ans plus tard, Nicolas Masson est une figure majeure de la scène jazz suisse à la tête de deux projets bien différents : Parallels avec Colin Vallon (piano), Patrice Moret (contrebasse), Lionel Friedli (batterie) qu’il qualifie lui-même de projet « enraciné et viscéral, structuré et incantatoire ». Et Third Reel avec le Tessinois Roberto Pianca (guitare) et l’Italien Emanuele Maniscalco (batterie) à l’approche climatique, aux références minimalistes.

Les choses sérieuses pour ce trio ont commencé à l’invitation de Paolo Keller qui organise des concerts de jazz pour la radio suisse italienne. Sans les en informer, ce dernier passe en douce l’enregistrement radio de l’ensemble à Manfred Eicher, big boss de ECM, qui apprécie. Le premier disque du groupe sera enregistré à la RSI après une brève rencontre d’une demi-heure avec Manfred Eicher. « Le studio dans lequel nous avons enregistré avait été conçu plutôt pour de la musique classique. L’acoustique était différente de ce à quoi nous étions habitués. On a dû s’adapter. Ce fut un traitement cathartique qui nous a amené vers plus d’intériorité. »

Deuxième enregistrement sur ECM

2431 B - copie 4(1)Aujourd’hui, « Many More Days » confirme que Third Reel a trouvé sa voix. Nicolas Masson y est très présent. Le ton de son saxophone ténor est grave, son style épuré, essentiel, en connexion subtile avec ce qui l’entoure. Batterie et guitare se meuvent à l’unisson. Les ambiances se concentrent et se diluent comme une étendue d’eau qui afflue et reflue, à l’image de la pochette du disque. Souvent construit autour d’une ou deux phrases musicales, la liberté reste le dénominateur commun de ces trois instrumentistes. « White » renvoie à l’univers du pianiste japonais Masabumi Kikuchi. « J’ai composé ce thème chez moi face à une fenêtre à travers laquelle je voyais les arbres enneigés. Ce morceau est un reflet de ce que je ressens à propos de cette musique. C’est un titre contemplatif, à la fois fragile et brut ».

Quant au morceau-titre « Many More Days », il est écoutable sur le player de ECM.

 « Ecrire un minimum pour improviser au maximum »

15082014-Foto 1-3Sur la scène du Sud des Alpes le 21 mai 2015, les trois comparses sont rejoints par le contrebassiste Thomas Morgan (connu entre autres pour son travail avec Paul Motian) et c’est comme si on avait brassé les cartes et que la musique de Third Reel était redistribuée. «Nos compositions sont très ouvertes, conçues pour être réinventées à chaque concert. Avec Thomas Morgan, cela a rendu les choses encore plus créatives puisqu’il considère que les instruments n’ont pas de rôle déterminé ». La texture musicale de Third Reel est la même, mais le jeu d’interactions, l’instinct, la transcendance, la personnalité des uns et des autres s’affirment plus concrètement. Avec sa clarinette, Nicolas Masson semble explorer les sons « J’ai beaucoup plus travaillé le saxophone que la clarinette. Du coup, j’ai une approche plus archaïque de cet instrument, avec moins d’automatisme. C’est plus naïf et, dans un sens, plus libre. »

Ecoutez le morceau “Many More Days” sur le player de ECM!

Advertisements

Elina Duni: Songs of Love and Exile

© Nicolas Masson

Elina Duni Quartet © Nicolas Masson

Elina Duni moved to Switzerland when she was ten, five years after she’d first stepped on a stage to sing in her homeland, Albania. Later, studying music in Bern led to a crucial meeting – with pianist and composer, Colin Vallon. It’s Vallon, along with drummer Norbert Pfammatter and now Patrice Moret on bass, who held a mirror up to Elina so she could see who she is and be free to draw on the rich cultural soil of the Balkans.

Elina’s second album for the major label ECM is Dallëndyshe (The Swallow) and listening to it immersed me in a bubble of ancient and distant lives where women call their loves ‘Ylber’ (rainbow) as they watch them leave green hills for work or, war. With titles such as ‘Nënë moj’ (O, Mother) and ‘Kur të pashë’ (When I Saw You), Elina describes them as ‘songs of love and exile’ but somehow the purity of the melodies and simplicity of delivery make them timeless.

What were you driven to express and explore in this album?

Elina Duni I think the word ‘timeless’ is very important in this case…You can feel the songs’ strength because they’ve crossed centuries and the melodies are archaic and deep. It’s this mixture of the contemporary perception each one of us has being a musician living in today’s world and the fact [the songs] are related to something that concerns all of us – we are all migrants, it’s the fate of all human beings: leaving behind something you love, going abroad, going from countryside to city, themes that are universal.

Where and how are did you find these traditional songs?

Elina Duni You may be surprised or maybe not, I found them on YouTube! Albanian friends are always suggesting songs and a friend of mine living in Greece put ‘Fëllënza’ on my wall on Facebook.

‘Fëllënza’ has a melody that has my dopamine triggers firing like Dirty Harry and Elina’s voice is so intimate you feel she’s singing with her head next to yours on a single pillow. Colin Vallon’s tangential arrangement steers it clear of saccharine-slush whilst on ‘Unë në kodër, ti në kodër’ (Me on a Hill, You on a Hill) he hypnotises, plucking piano strings like a cimbalom.

Elina Duni This is one of the songs where Colin wrote the arrangement with the bassline and the ‘mantra’, I had the melody and rhythm but he takes the song to another level…The three of them are wonderful musicians, they never play ‘1st degree music’. For me, art is the distance we take from things, it’s playing or looking at them in the 2nd, 3rd and 4th degree…Balkan music can be so pathetic [evoking pity] and it’s really a trap, somehow this distance from the pathos is the art.

When I started singing these songs Colin told me to imagine how Miles Davis would sing these themes – as simple as possible. When I do an ornament then it’s really thought out, I try not to do too much so when I do something it stands out. It’s the manner for the whole quartet.

You said that we live in a time where there is a need for poetry, say more about this.

Elina Duni Poetry has its own music, you can listen to a poem that you don’t understand and still cry with it… [the language] Albanian has something very interesting, it has a lot of sounds in it and it is a very, very old European language. It has Latin and Turkish words and, they say, also from the Celts, and it has something very deep and at the same time, strange.

Tell me about your childhood in Albania and how you feel about your homeland now.

Elina Duni There is a phrase, ‘there are two tragedies in life: to have a wonderful childhood and to have an awful childhood’. So, I had a wonderful childhood. In Albania it was another time that doesn’t exist anymore, there were no cars, no consumerism, no Coca Cola, no aluminium…we used to be happy when we could eat a chewing gum because it was very rare, or chocolate. We were raised in the neighbourhoods, everybody was going to everybody’s houses…and we were free. We grew up jumping, climbing the trees and running and fighting and being outside all the time…the imagination played a very important role. Everyone was writing poetry and reading…I think this was a golden time.

© Blerta Kambo

© Blerta Kambo

For me Albania is always inspiring, I go very often, it’s like all the countries that are transforming themselves, they have something alive there. Unfortunately Albanian society is still macho and patriarchal, it’s changing slowly, but there is a lack of models for women…The best thing is to educate women…and to show that being free is not being a sexual object which is hard because the media promotes this – and the singers too. There are so many in Albania, every good-looking girl puts on a mini skirt, makes a video clip and she’s a ‘singer’. I try to do my best to promote another model of woman.

What other projects are you doing?

Elina Duni I’ve been doing a solo project where I sing Albanian songs with guitar but I also did an album a year ago as a singer/songwriter where I wrote songs in Albanian so I’m going on writing, in French and English too…I love the quartet but I am trying to diversify so I’m writing as much as possible to find my way into music – which is not as simple when so many things have been done and you want to find your own original way at looking at things.

I still don’t know where all this is going to lead, the thing is I love acoustic music so maybe this can be a duo with voice and piano, it depends on who your partners are on the adventure, who you find. I would like to go more electric because it is a sound that really attracts me. These days there are no boundaries and you can explore without losing your identity. I love to sing my songs, that’s my biggest dream.

Elina Duni website

Elina Duni Solo
12.04.15 Cully Jazz Festival – Cully, CH
Elina Duni Quartet 
21.04.2015
 Jazzkaar Festival – Tallinn, Estonia
22.04.2015 
Viljandi Folk Music Center, Estonia
24.04.2015 
Salle des Fêtes de Carouge – Genève, CH
26.04.2015 
Dampfschiff – Brugg CH
29.04.2015
 Centralstation – Darmstadt, Germany
09.05.2015 
Treibhaus – Innsbruck, Austria
10.05.2015
 Bee-Flat im Progr – Bern, CH
27.05.2015
 Moods – Zürich, CH
29.05.2015 
Paradox – Tilburg, Netherlands
31.05.2015
 Rote Salon – Berlin, Germany
13.06.2015 
Schloss – Thun, CH
21.06.2015 
Bibliothéque Universitaire et cantonale – Lausanne, CH

Julian Sartorius en mode random

On l‘a vu un peu partout ces derniers mois, en solo ou auprès de Merz ou Colin Vallon, dans les club de jazz, les galeries d’art contemporain ou à l’affiche de festivals indie, le jeune batteur bernois Julian Sartorius ouvre ce soir le 32ème CullyJazz Festival avant Avishai Cohen et Rusconi sous un chapiteau sold out.

ImageFriand d’atmosphères intimistes, la batterie à même le sol pour être au plus proche du public, on l’a vu plusieurs fois émouvoir et faire se lever les foules. A Cully, le dispositif sera tout différent : 900 personnes en rang d’oignon, lui bien loin, sur un large piédestal et sous un gros logo jaune. Il est curieux de voir ce que cela va donner. Le jazz ? Une formation aux conservatoires de Berne puis Lucerne. « J’aime Coltrane, Monk, ce qui a du spirit. » Avant de rajouter gaiement dans l’immense sourire qui le caractérise « Mais j’aime autant Schubert que Madlib ! », et citer encore Awesome tapes from Africa ou le label Sublime Frequencies.

Beat diary

Julian Sartorius est un chercheur, et c’est grâce à un travail titanesque, son « Beat Diary », qu’il a véritablement développé son jeu : pendant une année, il s’est donné pour contrainte de produire et prendre en photo un beat par jour afin de le publier sur un blog, devenu un livre album. « La contrainte est toujours un procédé créatif intéressant, où tu peux aller au fond des choses. Regarde par exemple la gravité, et comme les gens ont été inventifs pour tenter d’y échapper, de l’escalade au base-jump… J’aime les règles, comme dans un jeu. Si elles sont bonnes, il y a beaucoup de fun. Attention, je ne dis pas que la musique juste est un jeu, mais qu’il faut jouer avec les limites. »

“Les nuances sont infinies…”

Ce qui étonne et éblouit dans son solo, c’est la gamme d’harmonies qu’il parvient à faire sortir de son instrument, l’inventivité de sa proposition, et un groove toujours en mouvement. « J’essaie de garder les jambes dans la pulsation et de faire aller mes mains ailleurs. Quand tu arrives à faire bouger les choses tout en restant dans le tempo, cela donne quelque chose de très fort. Et puis les nuances que tu peux apporter selon comment tu touches les choses sont infinies. »

“J’adore quand je ne sais pas ce qui va arriver”

S’il écrit la musique, des plans plutôt que des partitions, il aime se laisser surprendre et s’inspirer de tout ce qui l’entoure : nature, animaux, machine à laver, frottement des vêtements, tout ce qui peut produire un rythme, qu’il soit régulier ou non. « J’ai toujours des images dans la tête, c’est très narratif, et souvent j’entends des synthétiseurs ». Il a lu John Cage qui lui a « ouvert l’esprit », et a peu à peu développé un élan vers le random, l’imprévisible : « J’adore quand je ne sais pas ce qui va arriver, quand il se passe des choses qu’on ne peut pas penser. Cela me rend vraiment heureux ! »

A l’automne, il sort un album du solo, parce qu’on lui l’a souvent demandé, et un autre album fait de duo entre lui et un train, un frigo, ou une caisse à la Migros. Et puis encore un single 7’’ avec des beats dessus. Dans l’intervalle, il réfléchit à comment optimiser les sous qu’il vient de recevoir pour sa nomination au premier Prix de Musique Suisse. Les idées ne manquent pas.

Le site de Julian Sartorius

Dernier disque en date: Merz, “No Compass Will Find Home” (Julian Sartorius drum and vocal renditions), Everest records

%d bloggers like this: