Olivia Pedroli au naturel

Ce qui plaît chez Olivia Pedroli, c’est son naturel. Qu’elle fasse du folk-blues sous le nom de Lole ou un projet plus électro sous son vrai nom, la jeune Neuchâteloise parle avec la même aisance, chante avec la même décontraction. Et ça fait du bien. Plongée dans la musique depuis son plus jeune âge, Olivia Pedroli a aussi voyagé dans les parties australes du globe. Bilingue, elle préfère chanter en anglais.

On dit souvent que le troisième album est l’album de la maturité. C’est certainement vrai pour «The Den». Enregistré en Islande sous la direction de Valgeir Sigurösson (connu entre autres pour ses collaborations avec Björk ou la chanteuse française Camille), «The Den» fait le lien entre musique classique, folk et musique expérimentale. Avec «The Den» Olivia Pedroli montre qu’elle n’est plus seulement une fraîche jeune fille, capable de pousser la chansonnette et de faire parler d’elle dans sa région, mais une vrai artiste qui ose avancer à visage découvert, avec un potentiel international. Toujours prête à relever de nouveaux défis, Olivia Pedroli est partie à Bruxelles jouer cette fois en formation acoustique au Botanique. Pour Swiss Vibes, elle a joué jeu et s’est laissé filmée dans les coulisses.

Advertisements

Jodle pour tout le monde!

Et hop: pour une fois, je vais faire une petite entorse au principe de ce blog qui veut que je parle des 19 artistes sélectionnés sur la compilation Swiss Vibes. Je vais vous raconter le dernier concert en Suisse d’Erika Stucky. Mais je ne m’éloigne pas trop, puisque l’une des chansons d’Erika Stucky figurait sur le premier volume de la compilation Swiss Vibes, paru il y a deux ans

Erika Stucky était la tête d’affiche de la soirée «Le Son des Helvètes», programmée par mes soins dans le cadre de la saison culturelle de Plan-Les-Ouates. En première partie, le Alphüttli Jodler Club, le premier club de jodle genevois dont les locaux de répétition se situent justement à Plan-Les-Ouates. Ils sont dirigés par la jeune et dynamique chanteuse alémanique Barbara Klossner. Un sacré petit bout de femme: certainement la meilleure apôtre du jodle actuel. Extrait ci-dessous.

Erika Stucky, déguisée en Heidi futuriste, fit ensuite une entrée en scène fracassante avec une énorme pelle en guise d’instrument. Frappant le sol, frappant les piliers, elle évoquait ainsi les lentes marches des vaches sur le chemin du retour vers l’écurie. Au bout de 3/4 d’heure de spectacles, rejointe par ses excellents musiciens (batterie, synthétiseurs, tuba et deux cors des Alpes), elle était partie dans un délire beaucoup plus personnel. Jugez plutôt:

En rappel et à la demande d’un spectateur, Erika Stucky a relevé le défi et s’est lancée dans une joute vocale avec les jodlers. Sur la vidéo ci-dessous, vous entendez donc Baraba Klossner et les jodlers (éparpillés dans le public) qui font le “bourdon” pendant qu’Erika Stucky improvise. Le 27 mai 2011, à Plan-les Ouates, les extrêmes se sont rejoints et la musique n’en fut que meilleure…

%d bloggers like this: