Cérémonie du Prix Suisse de Musique

6157994.image“”Enfin!” diront certains, “voilà”, diront d’autres…” C’est en ces termes que le Conseiller Fédéral Alain Berset a commencé son discours d’ouverture de la cérémonie officielle du Premier Prix Suisse de Musique à l’Opéra de Lausanne ce vendredi 19 septembre 2014.

Une soirée pas comme les autres. Un public bigarré, entre mises sur son 31, uniformes politiques, et débraillage artistique. A première vue, peu de journalistes, beaucoup d’Alémaniques.

Super cérémonie, dynamique, longue juste ce qu’il faut, faite d’humour avec deux sketches bien envoyés de Vincent Kucholl et Vincent Veillon (des 120 secondes sur Couleur3) ainsi que la très jolie virtuosité de l’Ensemble Krysalid, pupilles de la HEMU de Lausanne, pour ce qui est des intermèdes.

Avant la remise des prix, un beaux film d’une quinzaine de minutes présentait les 14 nominés dans un medley inspiré dont voici un extrait.

Plaisir de constater l’élégance du tout, de la sélection des artistes, plurielle et pertinente, à leur collaboration et connivence ou à l’organisation et la communication (très belle) de l’événement, qui signifie beaucoup pour beaucoup de monde. Exit les Awards un peu cheap, Le Prix de Musique Suisse, Mesdames et Messieurs, c’est la classe, et il y a de quoi être fier.

14 artistes qui amènent de l’eau au moulin, pétrissent une matière musicale originale, avec persévérance et mérite. Il était bien difficile de faire des paris sur le gagnant: Saluerait-on la virtuosité et la carrière d’Irene Schweitzer, la fougue et l’élan de Julian Sartorius, la rock’n’roll attitude infatigable de Beat Man ou le parcours iconique subjuguant d’Erika Stucky? Après une salutation en rang d’oignon, toute simple, et quelques enveloppes distribuées (chaque artiste sélectionné recevait d’office 25’000 CHF), le décachetage principal, honorifique et d’une valeur de 100’000 CHF annonce “Franz Treichler”, leader du groupe The Young Gods, suivi d’un torrent d’applaudissements et de somme toute beaucoup d’émotion.

Visiblement secoué, Franz Treichler monte sur scène remercier ses parents qui l’ont laissé partir de la maison tout jeune, sa femme qui le soutien depuis perpette, et tous les membres et collaborateurs des Young Gods, au plus ou moins long cours. Un prix mérité, pour un artiste ayant participé à faire rayonner la Suisse dans le monde entier. Un beau symbole qui installe les musiques actuelles, underground et expérimentales au budget de la confédération. En effet, “enfin”! Et merci, bien joué.

Le site de la confédération

Le site de Young Gods

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: