VEIN, Russland-Tagebuch (Teil 5)

Russland87Konzert Nummer 8 und 9 der Tour brachten uns nach Litauen und Weissrussland.
Zuerst spielten wir in der Philharmonie in Ukmerge, eine kleine Stadt in der Nähe von Vilnius. Hier hatten wir bereits vor drei Jahren beim Crossdrumming-Festival eine Auftritt.
Danach hatten wir unseren krönenden Abschluss im grossen Saal der ausverkauften Philharmonie von Minsk. Nach mehreren Zugaben beendeten wir schliesslich das letzte Konzert dieser erlebnisreichen Tour.
Nach 9 Konzerten, 15 Flügen, 18128 zurückgelegten Reisekilometern erreichten wir, übermüdet und überwältigt von den vielen Eindrücken, schliesslich den Bahnhof SBB Basel.
Russia we’ll be back!!!

VEIN

VEIN, Russland-Tagebuch (Teil 4)

moskauKonzert Nr. 5 unserer Russland-Tour fand in Nizhny Novgorod statt. Hier bestätigte sich der Trend den wir bereits in den bisherigen Konzerten in Russland erkannt haben: volle Säle mit sehr jungem, euphorischem Publikum. Danach ging es mit dem Zug weiter in die Weltstadt Moskau, wo wir, nach einem kurzen Besuch dem roten Platz, in einem stimmungsvollen Club namens Dom, anlässlich des 10. Todestages des Clubgründers, spielten. Verschönert wurde dieser Tag durch unsere charmante Moskau-Reiseführerin Ksenia. Gleich nach dem Gig mussten wir zum Flughafen eilen um noch rechtzeitig den Flug nach Krasnojarsk (Sibirien) zu erwischen. Dort spielten wir zusammen mit der Genfer Band Plaistow ein Doppelkonzert in der ausverkauften Philharmonie. Ein schönes Erlebnis und ein grosses Vergnügen unsere Schweizer Kollegen live zu hören!

VEIN, Russland-Tagebuch (Teil 3)

VEIN meets Mr Universe! Third postcard received from VEIN today at Swiss Vibes
Vein meets Mr. Universe (2)
Unsere 4. Station der Russland-Tour war St. Petersburg. Möglicherweise eine der beeindruckendsten Städte der Welt. Hier spielten wir im JFC, einem schönen Club.
Es war eine riesen Freude Thomas Buser, einer der besten Freunde in Thomas Lähns’ Kindheit zu treffen. Als Lähns 11 Jahre alt war, gründete er zusammen mit Buser seine erste musikalische Gruppe, die Heavy Metal Band “Die Barbaren”. Während Lähns Musiker blieb, gewann Buser in der Zwischenzeit den Titel des Mister Universe!!!
VEIN
St. Petersburg, 10.04.2014

VEIN, Russland-Tagebuch (Teil 2)

VEIN‘s music is unclichéd and highly original, seemingly oscillating somewhere between M-Base, Cecil Taylor and Debussy, mainly carried by heavy and highly energetic binary grooves” said  Journalist Christoph (Tagesanzeiger, 14.05.07). VEIN is now on tour in Russia. Below another postcard received today @ Swiss Vibes….

 Moscow,  08.04.2014

Iouri Dubna

Nach einem sehr frühen Flug von Izhevsk nach Moskau werden wir von unserem Russland Promoter Iouri abgeholt. Er fuhr uns sogleich nach Dubna, eine kleine Stadt in der Nähe von Moskau, wo wir unser 2. Konzert der Tour spielten. Wir hatten eine super Zeit mit Iouri und waren froh ihn zum ersten mal zu treffen.
Unser 3. Konzert fand dann in Kaliningrad (ehemals Königsberg) statt. Kaliningrad ist eine russische Enklave zwischen Polen und Lithauen am Baltischen Meer. Der Jazzclub wird von 2 super netten Freunden namens Andrey und Andrey geführt. Endlich ein richtiger Club-Gig!
Jetzt essen wir gerade Pralinen mit (fast) Schweizer Qualität auf unserem Weg nach St. Petersburg…

VEIN, Russland-Tagebuch (Teil 1)

VEIN‘s music is unclichéd and highly original, seemingly oscillating somewhere between M-Base, Cecil Taylor and Debussy, mainly carried by heavy and highly energetic binary grooves” said  Journalist Christoph (Tagesanzeiger, 14.05.07). VEIN is now on tour in Russia and has sent a postcard to Swiss Vibes…. 

Izhevsk, Sonntag den 06.04.2014

izhevsk

Kommen um 12 Uhr mittags am Flughafen an. Werden sogleich überraschenderweise in eine “Plattenbauten-Wohnung” mit 3 Sofas anstatt in ein Hotel gebracht. Für Florian wird ein Traum Wirklichkeit. Er wollte schon immer mal im Dostojevski-Styl übernachten. Leider bleibt nicht genug Zeit um das Kalashnikov-Museum zu besuchen, wo man mit dem legendären Gewehr schiessen darf (Der Erfinder der Kalashnikov wurde in Izhevsk geboren).
Nach einem grossartigen Microwellen-Essen geht’s sogleich weiter zum Soundcheck in die Philharmonie. Leider ist der Flügel in einem wirklich schlechten Zustand, aber nach einer Weile erinnert sich der Promoter, dass gleich hinter der Vorhang auf der Bühne noch einen sehr guten Steinway steht. Das Konzert startet bereits um 18.00 Uhr. Es ist eine grosse Freude vor diesem sehr enthusiastischen Publikum zu spielen. Nach ein paar Bieren geht’s gleich wieder zurück in die Wohnung, denn die Reise nach Dubna am nächsten Tag startet bereits um 4.30 Uhr in der Früh.

Thomas Lähns
(double bass player)

La chanson de l’hiver: Soraya Ksontini

Soraya_1Soraya Ksontini est une chanteuse tunisienne née en Suisse. Elle n’a sorti qu’un EP 4 titres, mais le buzz autour d’elle s’intensifie. La preuve, elle vient d’annoncer sur sa page Facebook qu’elle jouera en première partie de Gaëtan Roussel aux Francomanias de Bulle le 29 mai 2014.

En attendant, écoutez la chanson “Woody and I” sélectionnée sur la dernière compilation Swiss Vibes.

« Woody Allen a dit quelque chose comme : ” Pour vivre jusqu’à cent ans, il faudrait renoncer à tout ce qui donne envie de vivre jusqu’à cent ans. ” Cette chanson est un jeu qui met l’humain face aux plus grands mystères de sa vie. Le texte joue sur cette façon qu’a la vie de partir dans tous les sens. On peut tout dire et son contraire, les écrivains écrivent tout et son contraire, les proverbes vont dans tous les sens. Mais finalement, quand on regarde en arrière, quand on se plonge dans l’histoire, il y a cette cohérence indiscutable dans le monde. Les siècles passent, les gens passent mais on est tous pareils et l’histoire se répète. » Soraya Ksontini, chanteuse, Lausanne

La chanson, “Woddy and I” est également téléchargeable gratuitement sur le bandcamp de Swiss Vibes. Profitez-en!

Bänz Oester et les faiseurs de pluie

Rain, O Rainmaker.
Because when you rain, the soul of mankind will rejoice
Leaving the spirit of the ancestors to sleep in peace
Again, rain!

(Extrait d’un poème de Darko Antwi, Ghana)

Rainmakers_2Le disque de Bänz Oester & The Rainmakers s’ouvre sur ces mots. Une belle introduction à ces quelque six morceaux enregistrés en quatre jours à Bâle, au Bird’s Eye. Ils préfigurent d’une musique fulgurante où l’ont reconnaît des bribes de folklores, un piano sud-africain mais surtout un sens de l’improvisation forcené. Les Rainmakers sont la rencontre  de deux musiciens sud-africains – Africa Mkhize, Ayanda Sikade – et de deux musiciens suisses, le contrebassiste Bänz Oester et son ami saxophoniste Ganesh Geymeier.

 J’aime ce groupe pour son esprit démocratique” (Africa Mkhize)

L’histoire a commencé en 2011 au National Arts Festival de Grahamstown. Bänz Oester y est invité avec son ami Andreas Schaerrer. Les rencontres avec les musiciens locaux sont multiples, mais le coup de foudre avec Africa Mkhize et Ayanda Sikade est immédiat. « C’est drôle, on peut ne pas se voir pendant une année. On se met à répéter et en trente minutes, nous sommes en sueur. Cela ne m’était jamais jusque-là » s’exclame le contrebassiste connu aussi pour être un membre du Who Trio.

Un an plus tard, ces quatre-là se retrouvent en Suisse, tournent et enregistrent. Pour célébrer la sortie de ce premier opus des Rainmakers, les musiciens sont repartis à la conquête des scènes de Suisse.

Ils terminaient leur tournée à Lausanne au Chorus, pour deux sets magistraux où le piano percussif de Africa Mkhize se plongeait dans les folies d’une rythmique qui semblait libre de toute contrainte et d’un sax aussi séducteur que surprenant. « J’aime ce groupe pour son esprit démocratique. Chacun contribue. Une idée peut amener dans n’importe quelle direction. Dans mon quartet sud-africain, on a plus tendance à maîtriser les idées. » explique le sourire aux lèvre Africa Mkhize à la sortie du dernier concert de la tournée, au Chorus de Lausanne.

« Nous ne cherchons pas à faire un morceau de yodel avec un rythme africain » (Bänz Oester)

Rainmakers_photo 1Des compositions originales (signées de lui ou de Bänz Oester), des standards de jazz, des morceaux issus du folklore bulgare ou suisse, toutes les musiques sont à portées d’instrument. «Ce n’est pas un concept de producteur, précise Bänz Oester. « Nous ne cherchons pas à faire un morceau de yodel avec un rythme africain. Tout part d’abord du cœur. On ne peut jouer le morceau à notre manière que si on aime le morceau. »

 « C’est ma voix qui me permet d’entrer en contact avec le piano» (Africa Mkhize)

La musique de ces quatre-là est porteuse, porteuse d’émotions, porteuse d’univers musicaux en constante mutation, du free à la ballade. A Chorus, penché sur son piano, Africa Mkhize semble absorbé par son instrument, sa voix laissant échapper parfois cris, murmures, scat. «Je joue tous les soirs sur des pianos différents, sur lesquels tant de mains sont passées. Ma voix est la seule façon d’entrer en contact avec eux» explique celui qui joua pendant près de dix ans avec Miriam Makeba. » Ses doigts effleurent, voltigent, frappent les touches blanches et noires, ouvrent la porte de la spiritualité, une porte par laquelle, ses trois comparses s’empressent de s’engouffrer.

Bänz Oester & The Rainmakers, « Playing at The Bird’s Eye » (Unit Records)

 

KoQa oscille entre beat box et instruments

KoQa-liveLe Chaux-de-Fonnier KoQa a fait du human beat boxin son art.  On l’avait vu cet été sur les scènes de Suisse romande en solo, composant des rythmes en direct sur son imposant  sampler. Ce virtuose était capable en un seul morceau  d’évoquer six thèmes de hip hop. Aujourd’hui Koqa revient avec un nouveau concept KoQa Cyclic Oscillation qui mêle beatbox, batterie, bugle, VJing, et lumières. A découvrir sur la vidéo ci-dessous:

Prochains concerts de Koqa

01.02 – Koqa trio @  Espace Noir – St-imier. Avec Murmures Barbares, The Legists
15.02 – Koqa solo @ Mascotte - Zürich en première partie de Beardyman
15.03 – Koqa trio @ Cave à Mine – Delémont
21.03 – Koqa Cyclic Oscillation @ Zinal Freeride 2014  

Disque du mois: Marc Perrenoud Trio “Vestry Lamento”

0608917112627_600Cet automne paraissait en Suisse Vestry Lamento, le troisième opus du pianiste Marc Perrenoud, un disque brillant, inspiré, fluide, lyrique….. Marc Perrenoud m’avait informée que le disque devait faire son apparition dans les bacs des disquaires français (un pays où il reste encore quelques disquaires….) en janvier. J’avais donc mis au frigo pendant trois mois mon enthousiasme, en prévision d’une critique “disque du mois” sur Swissvibes.org. Seulement voilà, entre-temps, Vestry Lamento semble avoir séduit les journalistes de la terre entière, ou presque….

“It’s an 8-minute ride that makes you want to hit repeat as soon as it’s over”

A commencer par le saint des saints, le magazine américain Downbeat qui s’enflamme : “The title track opens the set with an incredible bass solo by Marco Müller that kicks off a high-wire groove. Müller and drummer Cyril Regamey lock the rhythm down tight, allowing Perrenoud to glide over the piano with extreme soul in his heart and classical chops in his fingertips. It’s an 8-minute ride that makes you want to hit repeat as soon as it’s over.“

03-Marc-SoloLes Allemands ne sont pas en reste qui affirment dans le dernier numéro de Jazzthetik: „Die Stücke auf Vestry Lamento finden Ruhepole. Sie treiben meist zügig voran, lassen den Zuhörer in leuchtende pianistische Klangfarben eintauchen – und haben dem Rezensenten beim Anhören schon viel treibenden Schwung und Wärme vor allem bei regnerischen Autofahrten durch die Dunkelheit gegeben.“  (Stefan Pieper)

“Même dans ses ballades, il parvient à vous décoiffer”

Quant au quotidien genevois Le Temps, dans son édition du 31 octobre 2013,  il expliquait: “Le pianiste genevois, 32 ans, laisse tomber ses phalanges de compétition, ses gammes à toute bombe: l’odeur du silence sans son goût pesant. Pour tout dire, Marc est un prodige. Parce que, même dans les ballades, il parvient à vous décoiffer.“ (Arnaud Robert).

” Vestry Lamento, c’est à la fois le mouvement vers l’orgasme et la redescente…”

Que dire après cette déferlante d’éloges? si ce n’est que Vestry Lamento n’est pas aussi compliqué que son nom pourrait le laisser supposer. Aux dires de son auteur les choses sont mêmes extrêmement simple: « Vestry Lamento, c’est à la fois le mouvement vers l’orgasme et la redescente…» Pour revenir à l’essentiel, Vestry Lemento est revenu à l’essence de bien des musiques: la gamme pentatonique. Virtuose sans avoir plus besoin de le montrer, Marc Perrenoud ose avancer à visage découvert, ose pousser à bout la puissance de son power trio, ose la mélancolie. Une musique qui ouvre des portes, tire des liens, embarque comme une lame de fond. Un disque vivement recommandé à toutes les oreilles, des spécialistes aux néophytes.

Vestry Lamento | Marc Perrenoud Trio – Télécharger et écouter l’album. Label Doublemoon

Prochains concerts et émissions de radio:

France Musique (F)  “Un mardi idéal”, mardi 21, 22 h 30

Munich (D), Unterfarht, 28.01.14

Berne (CH), Bejazz Club, 31.01.14.

Genève (CH), AMR, 01.02.14

Sion (CH), La Ferme Asile, 08.02.14

Paris (F), Le Duc des Lombards, 13.02.14

Song for New Year: PommelHorse

PommelHorse n’en fait qu’à sa tête et  “The Painfull Process of Falling asleep” se profile comme le complément indispensable de vos sorties de fin d’année. Jugez plutôt!

Pommelhorse 3« Notre musique est instrumentale, mais chaque morceau raconte une histoire, et nous jouons l’atmosphère, l’ambiance de l’histoire. Là, comme le titre l’indique, c’est l’histoire d’un personne qui rentre à 5 heures du matin, qui veut s’endormir et qui n’y arrive pas. On a utilisé un rythme drum’n’bass parce qu’on imagine la personne sortir d’un club avec cette musique de danse dans sa tête. Le personnage est en complet décalage entre ce qu’il a dans sa tête et ce qu’il souhaite faire : dormir. » Lukas Roos, clarinettiste de PommelHORSE, Berne

Ecoutez The painful The Painful Process Of Falling Asleep at 5:30 am sur soundcloud ou téléchargez-le gratuitement sur le bandcamp de Swiss Vibes:

 

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 44 other followers

%d bloggers like this: